Guido Molinari, Mutation vert-rouge, 1964, acrylique sur toile, 200,5 x 244. Collection de la Fondation Guido Molinari Photographe : Guy L’Heureux

Cherney, Brian Quatuor no 7 (2023)

Mon Quatuor à cordes n° 7 a été commandé par le Quatuor Molinari, qui avait créé mon Quatuor n° 6 il y a quelques années. Le nouveau quatuor a été écrit pendant une période de sept mois et n’a été achevé qu’au début du mois de décembre 2022.

Au fur et à mesure que j’écrivais, je me posais une question importante : dans un monde comme celui-ci, avec une pandémie, le racisme, la montée des régimes totalitaires (fascistes), qu’est-ce qui peut nous offrir, à nous simples mortels, une sorte de consolation ? Une croyance spirituelle ? L’art (en particulier la musique) ? L’amour et la compagnie de la famille et des amis ? Je ne pense pas avoir trouvé une réponse définitive en écrivant le quatuor, mais je crois que le processus créatif lui-même m’a beaucoup consolé. La structure de l’œuvre, les nombreux éléments qui ont participé à sa création, sont trop complexes pour être décrits en quelques mots. Il vaut mieux que les auditeurs tirent leurs propres conclusions. Il suffit de dire que la partie centrale de l’œuvre consiste en ce que j’appelle de la « musique ascendante », allant lentement du registre le plus grave des instruments au plus aigu et contenant, dans chacune de ses sept sous-sections, des citations de chacun de mes six quatuors précédents – une sorte d’autobiographie musicale. Ce mouvement ascendant est équilibré, dans la dernière section, par des passages où les instruments descendent progressivement, en de longues séquences lyriques, à travers une importante structure harmonique qui, en fait, imprègne toute la pièce. Certains l’ont appelée « l’accord de Dieu ». (Pas moi, bien sûr !) Vers la fin, tous les instruments jouent les notes si bémol, la, do et si naturel.

Brian Cherney

Pour se procurer la partition : https://cmccanada.org/shop/80908/

Cherney, Brian

Brian Cherney. Compositeur, professeur (Peterborough, Ontario, 4 septembre 1942). A.R.C.T. 1961, B.Mus. (Toronto) 1964, M.Mus. (ibid.) 1967, Ph.D. musicologie (ibid.) 1974. Dès son enfance, il manifesta un goût pour la composition. Chaque semaine, il effectuait le long trajet qui le séparait du RCMT pour y étudier le piano avec Margaret Miller Brown et Jacques Abram, ainsi que la composition avec Samuel Dolin. Il composa ses Variations pour orchestre pour l’obtention de sa M.Mus. sous la supervision de Weinzweig. À l’Internationale Ferienkurse für Neue Musik à Darmstadt, Allemagne, il assista en 1966 et 1969 à des conférences de György Ligeti, Karlheinz Stockhausen et Mauricio Kagel. Il devint prof. de matières théoriques et de composition à l’Université de Victoria (1971-72) et à l’Université McGill (1972 -). Parmi les textes qu’il a signés figure la seule biographie importante de Harry Somers (1975).

Dans ses premières oeuvres, Cherney fait siennes les techniques d’avant-garde du début du XXe siècle. Dans son Quatuor à cordes no 2 (1970, Prix McMaster 1971 de composition de musique de chambre), il faisait déjà appel sans hésiter aux nouveaux effets de cordes de l’école polonaise moderne ainsi qu’à la gestuelle théatrale de Kagel. L’élément théâtral continue de se remarquer plus tard, notamment dans Tangents I pour violoncelle seul (1975), Group Portrait – With Piano (1978) et Playing for Time (1981). La musique de Cherney se distingue par la calme intensité que suggèrent beaucoup de ses titres. Au fil des années, le compositeur s’est forgé un style personnel caractérisé par une grande rigueur de structure dans le langage harmonique et dans les proportions. Les idées musicales se répètent souvent d’une pièce à l’autre, soit littéralement, soit dans une version modifiée : dans la série des Mobile des années 1960, on remarque déjà la présence (dans la même oeuvre ou d’une oeuvre à l’autre) d’idées semblables présentées dans des perspectives, des instrumentations ou des rythmes divers. Le même procédé caractérise deux cycles récents de pièces interreliées : dans le premier, on trouve un titre comportant le mot « stillness » (par exemple, In Stillness Ascending), dans l’autre, l’influence de certains aspects du mysticisme juif (par exemple, Illuminations, composé pour I Musici). Un grand nombre de morceaux contiennent des références directes ou des allusions voilées à d’autres oeuvres, généralement tonales, mais elles restent cependant subordonnées au style évocateur et poétique propre à Cherney. Pendant les années 1980, l’influence de Debussy – dont la musique est souvent empreinte, elle aussi, d’une calme intensité – fut particulièrement sensible, moins dans le langage musical que dans l’orchestration, l’écriture pour piano et la coloration en général.

La musique de Cherney a été jouée et diffusée partout au Canada, aux États-Unis, en Amérique du Sud, au Japon, en Europe et en Israël. Son Trio à cordes (1976) et Into the Distant Stillness pour orchestre (1984) ont tous deux été reconnus à la Tribune internationale des compositeurs à Paris, le premier méritant à son auteur un premier prix ex aequo. En 1985, Cherney gagna le Prix Jules-Léger pour la nouvelle musique de chambre pour River of Fire, une oeuvre pour hautbois d’amour et harpe. Il a reçu des commandes de nombreux organismes et particuliers, dont le Festival de Stratford, la SMCQ, la SRC, l’Alliance for Canadian New Music Projects, les York Winds, le Congrès juif canadien, le Concours national de musique Eckhardt-Gramatté, l’Esprit Orchestra, Montréal Musiques actuelles, le Trio Basso Köln, Rivka Golani, Louis-Philippe Pelletier, John Grew, Joseph Petric et Vivienne Spiteri, ainsi que son frère, le hautboïste Lawrence Cherney. Brian Cherney est compositeur agréé du Centre de musique canadienne.

John Fodi et Bruce Mather Tiré de L’encyclopédie canadienne https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/cherney-brian

Brian Cherney, C.M.

Her Excellency the Right Honourable Mary Simon, Governor General of Canada, will invest 14 Officers (O.C.) and 35 Members (C.M.) into the Order of Canada during a ceremony at Rideau Hall on December 14, 2022.

The Order of Canada is one of our country’s highest honours. Appointments are made for sustained achievement at three levels: Companion, Officer and Member. Officers and Members may be elevated within the Order in recognition of further achievements, based on continued exceptional or extraordinary service to Canada.

***

Son Excellence la très honorable Mary Simon, gouverneure générale du Canada, investira 14 officiers (O.C.) et 35 membres (C.M.) au sein de l’Ordre du Canada lors d’une cérémonie à Rideau Hall le 13 décembre 2022.

L’une des plus hautes distinctions honorifiques de notre pays, l’Ordre du Canada reconnaît des personnes pour leurs réalisations soutenues et comporte trois grades : Compagnon, Officier et Membre. Les officiers et les membres peuvent être promus au sein de l’Ordre en reconnaissance d’autres réalisations, pourvu qu’ils aient continué à œuvrer au service du pays d’une manière exceptionnelle et extraordinaire.

Credit/Mention de source: Sgt Mathieu St-Amour, Rideau Hall, OSGG-BSGG

Partagez cette page:

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin

Soutenez la vidéothèque

Le visionnement de vidéos dans ce site est gratuit.
Vous pouvez nous faire un don pour soutenir l’activité et la bonne continuation de ce projet.

Vidéothèque

Autres vidéos

Cherney, Brian Quatuor no 7 (2023)

Guido Molinari, Mutation vert-rouge, 1964, acrylique sur toile, 200,5 x 244. Collection de la Fondation Guido Molinari

Photographe : Guy L’Heureux